Elections 2020 au Burkina: La CNDH forme ses observateurs

Elections 2020 au Burkina: La CNDH forme ses observateurs

La formation des observateurs droits humains pour les élections couplées du 22 novembre 2020 a débuté ce lundi 9 novembre 2020.

C’est la première fois que la CNDH observe les élections et aussi une première fois que des élections seront vues sous l’angle particulier du respect des droits humains au Burkina.

Dans le but de bien mener sa mission, la CNDH a entrepris de recruter et de former des observateurs et moniteurs sur le monitoring des droits humains en période électorale dans sept (7) régions du pays que sont le Centre, le Nord, l’Est, le Centre-Nord, les Hauts-Bassins, le Sahel et la Boucle du Mouhoun. Le choix de ces régions se justifie, selon le Président de la CNDH, Monsieur Kalifa Rodrigue Namoano, par le fait que Ouagadougou et Bobo-Dioulasso constituent les deux plus grands centres et les cinq autres régions sont celles les plus touchées par les défis sécuritaires.

140 observateurs ont été recrutés à travers l’appel à candidature de la CNDH. Mais grâce à l’appui du PNUD à travers le Programme PAPE, des moniteurs droits humains au nombre de 97, issus d’associations membres du Mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains ont été recrutés pour renforcer l’équipe des observateurs droits humains recrutés par la CNDH dans les provinces.

Ce sont au total deux cent trente-sept (237) observateurs et moniteurs droits humains que la Commission déploiera dans vingt-six (26) provinces sur les 45 que compte notre pays. Ils auront pour mission de collecter quotidiennement des informations pertinentes relatives aux incidents qui se produiront avant, pendant et après les élections.

« Ce dispositif est un pilier clé du système d’alerte précoce qui est mis en place pour contribuer à des élections apaisées », dit la représentante adjointe du PNUD, Madame Isabelle TSCHAN, d’autant plus que la particularité du processus électoral de novembre 2020 est qu’il se déroule dans un contexte d’insécurité ayant causé des déplacements massifs de populations.

Pour elle, la crédibilité de ce processus si importante pour la démocratie Burkinabé reposera sur l’exercice effectif de certains droits humains et libertés fondamentales des citoyens et des acteurs politiques. Le droit de vote et le droit de participer au processus électoral sans menace et en sécurité doit être respecté pour chaque citoyen éligible.

A noter que, la formation de Ouagadougou réunie les observateurs et moniteurs de la région du Nord et du Centre du 9 au 10 novembre 2020 au Centre National Cardinal Paul Zoungrana. Une série d’ateliers se tiendront dans les autres régions dans les jours à venir. Ce processus de mise en place du dispositif d’observateurs est financé par l’Union Européenne et le PNUD et bénéficie de l’appui technique du HCDH (Haut -Commissariat aux Droits Humains des Nations Unies).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.