Révision de la loi sur les VDP: Vers un plaidoyer d’un consortium d’OSCs pour une meilleure prise en compte de la protection des civiles

Révision de la loi sur les VDP: Vers un plaidoyer d’un consortium d’OSCs pour une meilleure prise en compte de la protection des civiles

Cinq Organisations de la société civile (OSCs), la Commission Nationales des Droits Humains (CNDH) et l’ONG Center for Civilians in Conflit au Sahel (CIVIC) formant un consortium, veulent porter un plaidoyer pour plus de protection des civils et le respect des droits humains dans la loi N°002-2020/AN portant institution de Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP), dont la révision est envisagée.

Ce consortium mis en place par CIVIC Sahel, ce mardi 30 août 2022, va passer en revue la loi et proposer un plan de plaidoyer pour que la protection des civils soit mieux prise en compte dans les actions des VDP.

Selon la Chargée de programme Civic Sahel, Adèle Marie Kabuo Kahota, les démarches ont été initiées depuis le mois de mars afin de former plusieurs organisations civiles burkinabé sur les approches de plaidoyer civiles et sur les différents outils de plaidoyer.

« Aujourd’hui nous sommes en train de réviser les approches qui prennent en compte les actions des VDP dans les opérations en se basant sur la loi qui les institue », dit-elle.

Déjà présent au Mali et au Niger, CIVIC a pour mission de travailler avec les organisations de la société civile pour faire avancer la protection des civiles dans la prise de décisions du gouvernement. Dans le département organisation de la société civile de la structure, il est prévu de mener des activités de plaidoyers, des lobbyings avec les OSCs. La société civile burkinabè a choisi de travailler sur la loi portant institution des VDP qui sera révisée. CIVIC accompagnera ce consortium dans le plaidoyer et conseils.

Adèle Marie Kabuo Kahota reçue en audience par le Président de la CNDH pour demander de porter le lead du consortium

Ce consortium composé du Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés ( CISC), de la Commission épiscopale Justice et Paix ( CJP), du Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et du Peuple (MBDHP), du Groupe de Recherche-Action sur la Sécurité Humaine (GRASH) et le Centre Africain de Lutte Contre la Radicalisation et l’Extrémisme Violent (CALU-REV), dont la CNDH est le lead suivra le plan de plaidoyer établi et entrera en contact avec les autorités en charge de la révision de la loi.

Photo des membres du consortium

A noter que CIVIC est un organisme international dont le siège est basé DC Washington, avec pour mission de travailler avec les acteurs armés et les populations civiles pour développer et mettre en œuvre des solutions pratiques et innovantes visant à prévenir, réduire, et réparer les dommages faits aux civils en situation de conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.