Collaboration CIDOC-CNDH : Pour que les victimes de violation de droits humains obtiennent réparation

Collaboration CIDOC-CNDH : Pour que les victimes de violation de droits humains obtiennent réparation

Rencontre d’échange entre le Centre d’Information et de Documentation Citoyenne (CIDOC) et la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), le jeudi 23 décembre 2021. Une équipe du Centre d’Information et de Documentation Citoyenne (CIDOC) composée de monsieur Dan N. Kashironge, Point Focal Droits Économiques, sociaux et culturels, madame Dabiré/Sawadogo Fatimata, Cheffe du département Droits Humains et Coexistence (DHC) et de monsieur Traoré Yiridjougou Drissa, assistant aux programmes Droits Humains et Coexistence a rendu visite au président de la CNDH, Monsieur Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano, assisté par madame Somda/Somé K. Claire, conseiller en droits humains.

La délégation CIDOC est venue présenter son projet d’étude sur les violations des droits humains dans la région du Sahel au premier responsable de la CNDH et soumettre à son appréciation le questionnaire élaboré pour la collecte des données.

Le Centre, a rappelé l’équipe, a été choisi par l’ONG Freedom House pour mettre en œuvre de cette  enquête au Sahel. A terme, cette étude vise à établir une cartographie des incidents sécuritaires constitutifs de violations des droits humains en 2021, au Sahel, dont été victimes plus particulièrement les personnes vulnérables (femmes, jeunes, personnes du troisième âge, les Personnes déplacées  internes).

Les données de l’enquête seront aussi partagées avec la Commission afin qu’elle accompagne les victimes des violations de droits humains à obtenir réparation.

Monsieur NAMOANO, a tout d’abord remercié l’équipe pour ce noble projet qui va permettre sans doute la CNDH d’avoir une base de données sur les situations des droits humains dans le Sahel. Il a rassuré la délégation de CIDOC de la disponibilité de l’Institution pour une meilleure collaboration dans la collecte de données. De ce fait, les membres des différents groupes de travail et des moniteurs de la région du Sahel pourront être mis à contribution pour faciliter la collecte de données.

Quant au questionnaire qui a été soumis pour appréciation sera examiné par une équipe de la Commission d’éventuelles suggestions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.