CNDH : Les membres et le personnel formés pour une meilleure prise en compte des spécificités des groupes sociaux

CNDH : Les membres et le personnel formés pour une meilleure prise en compte des spécificités des groupes sociaux

Les commissaires et le personnel de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) sont en formation à Manga, dans la région du Centre Sud sur l’Approche Basée sur les Droits Humains (ABDH). L’ABDH, est cette approche qui commande la prise en compte des droits humains à tous les niveaux du processus de programmes du développement. Cinq (05) principes découlent de cette approche et qui permettent une participation active et inclusive et intégrale de tous les acteurs au processus de programmation pour qu’à terme  personne ne soit laissé pour compte.

Marcel Zongo, l’un des formateurs, expert ABDH et membre de l’association Stand Up for Human Dignity (SUHD)

Marcel Zongo, l’un des formateurs, expert en Approche Basée sur les Droits Humains (ABDH) et membre de l’association Stand Up for Human Dignity (SUHD), explique les Cinq principes qu’il résume par l’acronyme P -A-R-L-E.

La participation : cette participation se veut libre, significative et éclairer et de sorte à permettre aux détenteurs de pouvoir publics (débiteurs d’obligations), dans le cadre de leur mission, de prendre en compte toutes les catégories sociales dans la concertation qu’ils organisent surtout en tenant compte des spécificités dans les groupes spécifiques qu’ils rencontrent.

La participation doit permettre à toutes les personnes qui participent de ne pas être que de simples personnes présentes mais qu’elles puissent avoir tous les éléments pour pouvoir contribuer, enrichir  le document, les projets ou les débats.

L’Autonomisation : est en lien avec le principe de participation, qui voudrait qu’on donne toutes les informations aux détenteurs de droits (les populations pour qui on veut réaliser le projet) pour qu’ils  puissent agir sans forcément avoir besoin de se référer à une structure quelconque parce qu’ils ont tous les éléments pour agir par eux-mêmes.

La Redevevabilité : c’est le principe qui permet d’une part, au pouvoir public de pouvoir rendre compte de leur gestion à leurs administrés, et d’autre part, aux détenteurs de droits de pouvoir suivre l’évolution et la réalisation des différents projets.

 Le Lien avec le cadre normatif: c’est de faire en sorte que tout ce qu’on entreprend dans le cadre de la promotion et de la protection des droits humains ait une base normative, c’est-à-dire, s’appuyer sur les droits contenus dans les conventions internationales ratifiées par le Burkina Faso, de même que les lois et les décrets adoptés à l’interne.

L’Egalité et la non-discrimination : ce principe veut que, dans le cadre de la programmation que les débiteurs d’obligation puissent travailler à lutter contre les discriminations basées sur des considérations religieuses, des races, d’origine, de sexe, etc. Ce principe vise également à lever tous les obstacles à la jouissance effective des droits humains par toutes les catégories sociales.

Les participants attentifs aux explications du formateurs

La mise en œuvre de ces principes guide le planificateur dans l’identification des problèmes au cours de la programmation, de la mise en œuvre et le suivi des projets  de développement, tout en ayant à l’esprit les standards des droits humains.

Cette formation est avant tout, une mise à niveau des commissaires et le personnel de la CNDH. Cependant, l’application de l’approche basée sur les droits humains dans leurs missions, va leur permettre, selon le formateur, de faire  encore mieux ce qu’ils font déjà dans le cadre de la promotion et de la protection des droits humains en ciblant les spécificités des différents groupes. Parce que, cite-t-il, toujours en exemple, « par le passé, on pourrait prendre les gens en tant que groupe homogène alors que dans ce groupe, il y a des spécificités ».

Il va permettre aussi à la CNDH dans le cadre de ses missions, de travailler à ce que la critique ou les interpellations qui seront faites au pouvoir public puissent leur pousser à mieux tenir compte des principes basés sur les droits humains et des standards en droits humains dans les programmes, « parce qu’à terme c’est le développement qu’on veut et le développement doit être inclusif et participatif », dit-il.

One thought on “CNDH : Les membres et le personnel formés pour une meilleure prise en compte des spécificités des groupes sociaux”

  1. Zongo Marcel dit :

    Bravo à la CNDH pour cette activité et merci pour avoir associé notre structure Stand UP for human Dignité SUDH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.