Lutte contre la torture: Partage d’expériences pour adopter un modèle à la CNDH du Burkina Faso

Lutte contre la torture: Partage d’expériences pour adopter un modèle à la CNDH du Burkina Faso

Avec la loi n°002-2021/AN du 30 mars 2021 portant modification de la loi n°001-2016/AN portant création d’une Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), l’Assemblée nationale a officiellement reversé le Mécanisme National de Prévention de la Torture et des pratiques assimilées (MNP) à la Commission. L’opérationnalisation du mécanisme est une priorité de la CNDH pour 2022. Dans cette perspective, la Commission, afin d’arrimer le mécanisme à sa mission de protection , de défense et de promotion des droits humains, tient ce 22 mars 2022, un atelier en visio-conférence avec des Institutions des droits humains de la sous-région (Togo, Niger et Mali) qui ont déjà l’expérience du mécanisme de prévention de la torture et la représentante de l’Association Francophone des Commissions nationales des droits de l’homme. Cet atelier de partage d’expériences bénéficie du soutien de l’Association du Barreau Américain Initiative pour l’Etat de Droit (ABA-ROLI) dans le cadre du programme « Droits Humains et Accès à la Justice au Burkina Faso (DHAJ) financé par l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID).

Durant des heures les participants ont échangé sur les pratiques et approches concrètes pour l’opérationnalisation d’un mécanisme de prévention de la torture notamment son articulation institutionnelle avec l’Institution des droits humains qui a reçu mandat de le mettre en œuvre, sa composition, le personnel, l’interaction avec les autres structures (sous commissions, services, etc.) de l’INDH et l’organisation du travail d’un MNP.

Au terme, des échanges les différents participants ont souhaité la création d’un réseau africain du mécanisme de prévention de la torture pour continuer les échanges et partage d’expériences.

Le Président de la Commission burkinabè a remercié les participants, cependant si les pratiques diffèrent d’un pays à un autre, il dit nourrir le vœu de voir le mécanisme burkinabè qui sera mis en place, certes jeune mais vieille des expériences des unes et des autres Institutions de la sous-région.

 Cet atelier riche en échanges défini déjà à la feuille de route que la CNDH du Burkina Faso établira pour l’opérationnalisation de son mécanisme de lutte contre la torture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.