Prévention des conflits et services aux victimes : Les groupes de travail droits humains s’activent pour la mise en oeuvre de leurs activités

Prévention des conflits et services aux victimes : Les groupes de travail droits humains s’activent pour la mise en oeuvre de leurs activités

Les groupes de travail « Services aux victimes y compris l’assistance judiciaire et juridique » et le groupe de travail « Prévention des conflits, abus et atrocités », mis en place au sein de la CNDH grâce au programme Droits humains et Accès à la Justice » (DHAJ) ont tenu leurs 3e rencontre bimestrielle. A l’issue de cette dernière, les groupes déploieront leurs activités sur le terrain.

Dans le cadre du programme « Droits humains et accès à la justice », financé par l’USAID et mis en œuvre par un consortium dont ABA-ROLI est le lead, la Commission Nationale des Droits Humains a mis en place deux groupes de travail, à savoir le groupe de travail « Prévention des conflits, abus et atrocités », et le groupe de travail « services aux victimes, y compris l’assistance juridique et judiciaire ».

Ces groupes de  travail composés d’organisations de la société civile droits humains issue des régions d’intervention du programme (le Nord, le centre-nord, le Sahel, l’Est, des acteurs publiques sont des acteurs terrain de la mise en œuvre des missions de la CNDH pour la protection, la promotion et la défense des droits humains et l’accessibilité à la justice des populations.

Mis en place en mai 2021, au terme des arrêtés portant leurs créations, ces groupes se réunissent tous les deux mois. Ainsi, la date du 25 septembre 2021, marquait la 3e rencontre du genre tenue simultanément pour statuer sur les activités à mener par le groupe comme identifié dans la feuille de route du groupe.

Cette rencontre a permis au groupe de prévention des conflits, d’échanger sur la mise en œuvre effective des activités sur le terrain. A cet effet,  les groupes ont échangé sur la planification des activités à réaliser, les méthodologies, la stratégie de mise en œuvre et le suivi des situations des droits humains dans les régions.

Quant au second groupe, il s’est agi pour ses membres, de présenter et d’échanger sur les services à rendre aux victimes, y compris l’assistance juridique et judiciaire de façon pratique. Les différents instruments et dispositifs d’assistance juridique de la commission, les services de base offerts par les OSCs et administration, le protocole sur la protection des victimes et des victimes, membres du groupe de travail et la fiche de suivi des cas, ont été présenté et amendés.

Cette dernière rencontre balise la voie à la mise en œuvre des activités sur le terrain après plusieurs formations des membres des groupes en techniques d’investigation, de documentation des cas, d’élaboration de rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.