2ème Forum sur le mécanisme de protection des DDH : La déclaration des participants

2ème Forum sur le mécanisme de protection des DDH : La déclaration des participants

FORUM NATIONAL DES DEFENSEURS DES DROITS HUMAINS.

2ème EDITION

13, 14 et 15 septembre 2022

——————

DECLARATION FINALE

Nous, défenseurs des droits humains du Burkina Faso ;

Au terme du deuxième Forum national des défenseurs des droits humains tenu à Ouagadougou du 13 au 15 septembre 2022 à l’initiative de la Commission nationale des droits humains sur le thème : « Opérationnalisation du mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains dans un contexte de crise sécuritaire » ;

Mus par les idéaux de respect de la dignité humaine, d’équité et de justice ;

Réaffirmant la consubstantialité entre une culture des droits humains et la réalisation des aspirations au développement durable de la société burkinabè ;

Conscients de l’impossibilité de garantir durablement les droits fondamentaux en l’absence de paix et de sécurité ;

Convaincus que la lutte contre le terrorisme ne saurait se gagner sans le respect effectif des droits humains et que les violations des droits humains d’aujourd’hui constituent les causes des conflits de demain ;

Rappelant l’obligation qui incombe à l’Etat de garantir la jouissance et le respect effectifs des droits humains au profit de toutes les personnes vivant au Burkina Faso, y compris les défenseurs des droits humains ;

Réitérant notre soutien indéfectible aux Forces de Défense et de Sécurité, aux Volontaires pour la Défense de la Patrie et à tout le peuple burkinabè, dans le respect du Droit International Humanitaire et du Droit International des Droits de l’Homme, socle de la préservation du lien Armée-Nation ;

Rappelant le rôle fondamental des défenseurs des droits humains dans la promotion, la protection et la défense des droits humains surtout dans le contexte de crise sécuritaire actuel ;

Soucieux de contribuer à mitiger les risques induits par le contexte sécuritaire actuel, sur la sécurité physique et l’intégrité morale des défenseurs des droits humains ;

Condamnant toutes les formes d’exactions, d’oppression, de violations et d’abus des droits humains commises à l’encontre des défenseurs des droits humains, quels qu’en soient leurs auteurs ;

Acquis à la nécessité d’œuvrer à une protection plus efficiente des défenseurs des droits humains du Burkina Faso, à travers un mécanisme opérationnel de protection à eux dédiés ;

Forts de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits humains et de l’adoption de la loi n°039-2017/AN du 27 juin 2017 portant protection des défenseurs des droits humains au Burkina Faso ;

Saluant la mise en place du Mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains ;

Nous engageons solennellement à :

  • mener avec probité, désintéressement, objectivité et impartialité nos missions de promotion, de protection et de défense des droits humains ;
  • faire montre de la plus grande prudence dans l’exécution des activités s’y rattachant au regard du contexte sécuritaire ;
  • collaborer et coopérer avec le Mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains pour l’atteinte de ses objectifs ;
  • saisir diligemment le Mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains de toute situation de nature à compromettre l’intégrité physique et morale des défenseurs des droits humains et leurs biens ;
  • signaler auprès des autorités compétentes toute menace, intimidation ou entrave dans l’exécution de nos actions de promotion, de protection et de défense des droits fondamentaux ;
  • bâtir un réseau dynamique de défenseurs des droits humains au plan national pour une plus grande efficacité dans nos actions ;
  • prendre toutes les dispositions nécessaires pour la protection des victimes et des témoins lors de la documentation des cas de violations ou d’abus des droits humains.

Exhortons les Partenaires techniques et financiers à :

  • pleinement soutenir l’opérationnalisation du Mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains ;
  • intensifier leurs actions en soutien à la Commission nationale des droits humains et aux organisations de défenseurs des droits humains ;
  • œuvrer à l’institutionnalisation du Forum national des défenseurs des droits humains selon une périodicité annuelle ;
  • apporter leur concours au fonctionnement du cadre de concertation périodique entre la Commission nationale des droits humains et les défenseurs des droits humains.

Recommandons :

A l’État de :

  • prendre toutes les mesures découlant de ses engagements au plan universel, régional et national en vue de faire cesser les attaques contre les populations et les Forces de défense et de sécurité ;
  • s’assurer que les opérations de sécurisation du territoire s’inscrivent dans le respect des droits humains tout en veillant à apporter des suites judiciaires aux allégations de violations des droits humains ;
  • assumer l’entièreté de ses obligations de respecter, protéger et réaliser les droits des défenseurs des droits humains en prenant toutes les mesures pour enquêter sur les violations et atteintes à leurs droits ;
  • prévenir, poursuivre et réprimer les atteintes à l’intégrité physique et morale et aux biens des défenseurs des droits humains, survenant à la faveur de leurs actions de promotion, de protection et de défense des droits humains ;
  • réparer intégralement le préjudice subi par les défenseurs des droits humains, indépendamment de toutes procédures judiciaires ;
  • doter la Commission nationale des droits humains de ressources suffisantes pour une meilleure protection des défenseurs des droits humains.

A la Commission nationale des droits humains de :

  • assurer le bon fonctionnement du Mécanisme national de protection des défenseurs des droits humains ;
  • renforcer les capacités des défenseurs des droits humains sur le travail en milieu hostile ;
  • renforcer les capacités des défenseurs des droits humains en sécurité physique et en sécurité numérique ;
  • renforcer les capacités des défenseurs des droits humains en secourisme ;
  • accompagner les défenseurs des droits humains dans la mise en place d’un réseau national des défenseurs des droits humains ;
  • mettre en place un mécanisme d’accréditation des défenseurs des droits humains ;
  • apporter toute l’assistance nécessaire aux défenseurs des droits humains victimes de violations d’un ou de plusieurs de leurs droits ;
  • instituer un prix du meilleur défenseur des droits humains ;
  • assurer la mise en œuvre des recommandations du présent forum.

Fait à Ouagadougou, le 15 septembre 2022

Les participants et participantes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.