CNDH-ROPPA : Signature d’accord pour rendre effectif le droit à l’alimentation au Burkina Faso

CNDH-ROPPA : Signature d’accord pour rendre effectif le droit à l’alimentation au Burkina Faso

Le Réseau des organisations Paysannes et des Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) a procédé à la signature de collaboration avec la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), ce mardi 13 juillet 2021. Cet accord de collaboration entre dans le cadre du projet de « Renforcement de la Gouvernance rurale pour le droit à l’alimentation au Burkina Faso ». Un projet vise à la réalisation du droit à l’alimentation aider les populations vulnérables souffrant d’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso de bénéficier d’une meilleure disponibilité et accessibilité à une alimentation adéquate.

La CNDH, structure de promotion, de protection et de défense des droits humains au Burkina Faso, le ROPPA sollicite sa collaboration pour la réalisation du droit à l’alimentation, un droit humain fondamental.

« Nous voulons collaborer avec la CNDH pour voir comment travailler sur les questions de droits pour assurer la mise en œuvre de politiques plus appropriées pour la réalisation de ce droit à l’alimentation », explique le secrétaire exécutif du ROPPA, Ousseini Ouédraogo.

Une collaboration saluée par Kalifa Rodrigue Namoano, Président de l’institution, car pour lui, le projet vient aider la Commission à intervenir pour l’effectivité du droit à l’alimentation au profit des populations qui, connaissent avec l’insécurité, les intempéries des difficultés pour accéder à une alimentation adéquate.

Le projet est mis en œuvre dans deux régions, le Centre Ouest et le Centre sud pour une durée de quatre (4) ans.

L’initiative vise à amener les responsables administratifs, politiques et traditionnels dans les régions concernées par le projet de s’efforcer à mieux faire respecter le droit à une alimentation adéquate, en se fondant sur les principes de participation, de transparence et de responsabilité, de non-discrimination et de l’Etat de droit.

Pour l’atteinte de leur objectif,  un groupe central de réflexion comprenant différentes parties, est mis sur pied, afin de procéder à l’analyse du contexte sur la question du droit à l’alimentation au Burkina Faso. Et la CNDH est sollicitée pour son expertise sur les questions de défense des droits humains.

L’analyse du contexte permettra au groupe de réactualiser les données disponibles en matière du droit à l’alimentation au Burkina en vue de bâtir un point de renforcer des capacités des différentes structures intervenant pour l’effectivité de ce droit.

Le secrétaire exécutif se réjoui déjà de la disponibilité et l’engagement de la CNDH au sein du groupe central pour la réalisation de cet objectif.

En rappel, le ROPPA est créé en 2000 par l’ensemble des fédérations nationales paysannes des 15 pays de la CEDEAO, pour constituer une capacité collective au niveau de l’espace régionale afin de dialoguer avec les décideurs politiques de l’UEMOA, du CILSS et de la CEDEAO, parce que, explique toujours Ouseini Ouédraogo, « Les décisions qui sont prises dans ces instances impactent leurs activités, l’environnement politique, économique dans leurs pays respectifs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.