Droits humains : La CNDH a sa première antenne régionale à Bobo

Droits humains : La CNDH a sa première antenne régionale à Bobo

Ce vendredi 17 décembre 2021, marque un jour mémorable pour la Commission nationale des droits humains. Elle a procédé à l’ouverture de sa première antenne régionale pour le grand Ouest, dans la deuxième ville du pays, Bobo-Dioulasso. Moment de joie pour les acteurs droits humains dans la région. Cette antenne couvre les quatre régions que sont la Boucle du Mouhoun, les Cascades, les Haut-Bassins et le Sud-Ouest.

La loi portant création de la CNDH donne des prérogatives  à l’institution de mettre en place des antennes régionales. C’est la première qui voit le jour après quatre ans d’exercice pour des raisons d’insuffisance de ressources financières et humaines.

«Cette situation affectait la capacité de réactivité de la Commission quant à la mise en œuvre de certains aspects de son mandat au niveau local et contribuait ainsi à sa méconnaissance par les destinataires de ses actions», explique le Président de la CNDH, Kalifa Rodrigue Namoano.

L’antenne régionale permettra d’offrir aux citoyens de la formation et de la sensibilisation sur les droits humains, des informations en matière de recours pour leur réclamation et en d’appui conseil aux structures publiques.

Aussi, elle rapproche la Commission des populations en facilitant son accessibilité et sa saisine pour des cas de violations et d’atteintes aux droits humains commises dans les localités couvertes.

L’antenne régionale de Bobo Dioulasso couvre quatre régions, les Hauts Bassins, la Boucle du Mouhoun, les Cascades et le Sud-Ouest.

Les officiels et invités à la cérémonie officielle d’ouverture de l’antenne régionale CNDH

Les défis en matière de droits humains dans ces régions selon  la Gouverneure des Cascades, Joséphine Apiou Kouara, représentant l’ensemble des gouverneurs,  sont les mêmes que ceux que connaissent les autres régions du Burkina Faso. Ce sont notamment la persistance de pesanteurs socio-culturelles, les questions de violence basées sur le genre et aujourd’hui le terrorisme. Pour elle, la contribution de la Commission est la bienvenue pour relever ensemble les défis.

Coupure de ruban

Cette première expérience a bénéficié du soutien de l’Union européenne dans le cadre du projet «appui aux forces de sécurité des pays membres de G5 Sahel pour la lutte contre l’impunité et le renforcement de leurs liens avec les populations » mis en œuvre par l’Institut danois des droits de l’Homme au Burkina Faso.

Les appuis à l’opérationnalisation de cette antenne régionale sont entre autre, les charges de fonctionnement, l’équipement en matériel informatique, roulant et mobilier de bureau de l’antenne ainsi que la rémunération du personnel recruté (un Chef d’antenne Olivier Kabré et Olpha Draba Tibiri, assistante en études).

Pour Evariste Ouédraogo, représentant les partenaires, l’institut danois des droits de l’homme joue son rôle, celui d’accompagner la Commission sœur du Burkina à jouer accomplir ses missions.

Le Président de la CNDH rassure du renforcement de l’équipe et des moyens de fonctionnement dans les mois à venir.

Les autorités des régions concernées ont aussi ont toutes souhaité la multiplication de cette initiative dans les autres régions du Burkina Faso, mais avant appeler l’équipe a collaborer avec les initiatives existantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.