Programme « Droits humains et Accès à la justice » : L’ambassadeur des USA vient s’enquérir de l’état de mise en œuvre

Programme « Droits humains et Accès à la justice » : L’ambassadeur des USA vient s’enquérir de l’état de mise en œuvre

L’Ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso, Sandra Clark accompagnée de la nouvelle Représentante-pays de l’USAID Karen D’Aboville, était à la  Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), ce vendredi 28 mai 2021. Le motif de sa visite, s’enquérir de l’état de la mise en œuvre du programme “Droits Humains et Accès à la Justice”, Financé par l’USAID.

Pour rappel, le  programme « Droits humains et accès à la justice » financé par l’USAID a été lancé en novembre 2020 et est prévu s’étendre jusqu’en 2023, dans les régions du Nord, du Centre Nord, de l’Est et du Sahel.

Il est mis en œuvre par la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) en partenariat avec un consortium d’ONG dont l’Association du Barreau Américain, Initiative pour l’Etat de Droit (ABA-ROLI ) est le lead.

Le programme vise à renforcer la capacité de l’État burkinabè à prévenir et condamner les violations des droits humains, à fournir de l’assistance judiciaire aux victimes à faibles revenus,  à accroître la sensibilisation et l’accès du public aux recours juridiques menant à des réparations.

Sept (7) mois après le lancement, Sandra Clark dit être venue rencontrer le Président de la CNDH dont l’Institution a été choisie pour la mise en œuvre du programme , en vue de connaître son avancement.

« Le programme se déroule bien », rassure le Président de la Commission. Il a souligné la qualité du partenariat et de la collaboration avec le consortium en termes de disponibilité, de flexibilité qui facilite le travail.

Les acquis sont appréciables. Ils se déclinent en appui au renforcement des capacités du personnel (formations), au renforcement de l’Institution à travers un apport logistique, en meubles, ordinateurs, matériels roulants, acquisition de serveurs, en appui à la communication de la Commission.

Des activités sur le terrain ont été aussi menées telles les visites, de missions de monitoring des droits humains de prisons pour évaluer de l’assistance judiciaire.

Pour mener à bien la mission sur le terrain, deux groupes de travail, l’un sur les services aux victimes, y compris l’assistance judiciaire et juridique et l’autre sur la prévention des conflits, abus et atrocités ont été mis en place par la CNDH avec le soutien du partenaire.

Ces groupes composés des acteurs de la société civile issus des régions, des acteurs étatiques et les membres de la CNDH. Cette interaction entre les acteurs est appréciée par l’ambassadeur. « Les questions de justices sont très importantes pour le Burkina Faso, donc je suis contente que vous ayez pu réunir la société civile et d’autres acteurs sur ces questions », dit-elle.

Les acquis sont déjà conséquents de novembre à nos jours. Motif de satisfaction pour Sandra Clark, qui a réaffirmé le soutien de l’ambassade des États-Unis aux différentes actions du CNDH. Cette visite a été l’occasion pour elle de présenter la Représentante-pays de l’USAID au Burkina Faso, Karen D’Aboville à l’équipe de la CNDH.

(De gauche à droite) Représentante-pays de l’USAID Karen D’Aboville, Kalifa Rodrigue Namoano Président de la CNDH et Sandra Clark, Ambassadeur des Etats Unis au Burkina Faso.

Des possibilités de saisine ont été mises en place par la CNDH, en cas de violation des droits humains : numéro vert (+ 226) 80 00 12 94 ou déposer sa plainte ou requête sur le site à l’onglet Saisir la CNDH et suivre la procédure ou effectuer le déplacement à son siège à Ouagadougou où un dispositif de centre d’écoute est mis en place.

Quelques images de la rencontre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.